Votre forum est inscrit sur l'annuaire ? S'il vous plaît, aidez-nous en partageant Forums-rpg.fr !

10 joueurs

127 sujets

535 messages

23/01/20 créé le

Historique

Description

S’il est difficile de savoir quand sont apparues les « Sorcières », on sait en revanche quand on a commencé à les chasser. Au XIIIème siècle, l’Inquisition voit d’un mauvais œil ces personnes dotées de pouvoirs. Qu’ils soient spectaculaires ou anodins, bénéfiques ou destructeurs, ces pouvoirs ne peuvent qu’être l’œuvre du démon ! Les personnes les possédant sont ainsi férocement chassées durant les différentes chasses aux Sorcières. Si beaucoup ne survécurent pas, d’autres trouvèrent le moyen de fuir vers le nord, loin du christianisme et de l’Inquisition. Si loin au nord que la légende raconte que les Sorcières vécurent au milieu des pingouins pendant des siècles…

Le temps passant, la traque des Sorcières prit fin. Les mentalités évoluant, on prit conscience que peut-être, ces pouvoirs n’avaient rien à voir avec Satan (un chic type au demeurant). Mais la partie n’était pas gagnée pour autant. Certes, on ne chassait plus les Sorcières, mais de là à les inclure dans les communautés, il y avait quand même un monde… C’est alors que la première communauté de Sorcières, installée si loin au nord, décida d’agir. Elles prirent la route et décidèrent de venir en aide à celles et ceux qui étaient si isolés parmi les gens « normaux ». Elles créèrent sur leur chemin des espaces de refuge, des communautés sûres où les personnes dotées de pouvoirs pouvaient se rassembler sereinement. Ainsi naquit l’Autoroute des Pingouins.

Ces différents refuges, éparpillés à travers le monde, ont permis aux héritiers des Sorcières de trouver du repos, un abri si la zone où ils vivaient leur était encore hostile, mais aussi et surtout : une communauté de gens comme eux, capables de les comprendre et de les aider à apprendre à maîtriser leur pouvoir, à s’accepter. Ces refuges étaient souvent créés dans des zones isolées, des îles, des montagnes, afin de protéger les héritiers. Si, pendant longtemps, ces communautés furent cloîtrées sur elles-mêmes, les choses évoluèrent avec les années. Petit à petit, les communautés purent ainsi créer des liens avec les populations voisines. Ces bonnes relations locales firent tâche d’huile : si l’on pouvait vivre paisiblement à côté d’une communauté de l’Autoroute des Pingouins, sans doute que ses membres ne représentaient aucun danger pour le monde… De fil en aiguille, et pour le plus gros du monde, les relations s’apaisèrent. On choisit maintenant d’orienter les nouvelles Sorcières vers les communautés, non pas pour les isoler, mais plutôt pour leur permettre de trouver de l’aide et de se sentir moins seules.

La Sicile vit la naissance d’une de ces communautés : Banchisa. Comme beaucoup d’autres, elle est d’abord née dans le but d’isoler, voire emprisonner, les personnes dotées de pouvoir. On ne voulait pas d’eux parmi la bonne population… Isolée, la communauté apprit à se débrouiller au mieux. Petit à petit, elle prospéra. Les relations étaient sereines, et bientôt, les locaux de la côte voisine s’habituèrent à échanger avec leurs voisins. Qui plus est, une très bonne université s’était construite sur l’île. C’était beaucoup plus pratique que d’envoyer les jeunes étudier dans les autres universités du pays. Alors certes, on n’y enseignait pas tout, mais c’était déjà ça ! Aujourd’hui, de nombreux échanges ont été mis en place entre la communauté de la Sicile et ses voisins. Les gens vont et viennent, sans trop se soucier de savoir qui a des pouvoirs et qui n’en a pas… Du moment que tout le monde respecte les règles, il n’y a aucun souci !

-------

Les statistiques actuelles dénombrent qu'environ 20 % de la population mondiale posséderaient des pouvoirs. Du côté de Banchisa, ces chiffres grimpent à 70 %. Avoir des pouvoirs n'est donc pas rare, et même si les relations avec les sorciers ont tendance à grandement s'améliorer et à être paisibles un peu partout dans le monde, il n'en reste pas moins que certaines personnes voient toujours d'un mauvais œil ces personnes hors du commun.